mardi 31 mars 2020

(11e) J'identifie les plantes sur la pelouse d'ou j'habite. (Les fleurs sur lesquelles nous marchons.)

 Récapitulatif des fleurs observées: Erodium moschatum, Capsella bursa-pastoris, Veronica persica, Viola riviniana, Vicia hirsuta, Lamium purpureum, Duchesnea indica, Ranunculus acris, Cerastium glomaratum, Valerianella locusta, (10) Cymbalaria muralis, 

Botanique de confinement (en bas de chez moi) afin de ne pas épuiser ma source des fleurs, j'en présente une par jour.
Cymbalaire des murailles, Cymbalaria muralis.
La linaire cymbalaire (Marcel Saule).

Plantes des vieux murs (2) 
 Sur cette photo avec la Cymbalaire des murailles Cymbalaria muralis, on aperçois la Valerianella locusta. présenté hier.
D'origine méditerranéenne, cette plante aux très belles fleurs violettes et jaunes apprécie les climats doux et craint les grands froids. Elle affectionne donc les villes, où elle retrouve une température clémente du fait de l'intense activité humaine. La cymbalaire des murailles et une espèce décorative dans les jardins et qui colonise aujourd'hui les moindres fissures des murs ombragées. 
Les fleurs ont un comportement assez remarquable, elles sont initialement tournées vers la lumière (phototropisme positif) puis, après fécondation, elles se détournent ce celle-ci (phototropisme négatif). 
Ref: page 380, Sauvages de ma rue, 2012, collectif. édition Lepassage.

Importée d'Italie en France au XVe siècle, cette origine lui vaut le nom populaire de Ruines de Rome; elle atteint Londres en 1640 et devient aussitôt une vedette des jardins de rocaille. 
Ref: Guide des plantes sauvages, sélection du Reader's Digest.

Plante vivace, floraison de mai à octobre, autopollinisation ou pollinisation par des insectes.
Ref: Flore des friches urbaines, édition Xavier Barral.

lundi 30 mars 2020

(10e jour) J'identifie les plantes sur la pelouse d'ou j'habite. (Les fleurs sur lesquelles nous marchons.)

 Récapitulatif des fleurs observéesErodium moschatum, Capsella bursa-pastoris, Veronica persica, Viola riviniana, Vicia hirsuta, Lamium purpureum, Duchesnea indica, Ranunculus acris, Cerastium glomaratum, Valerianella locusta, (10) 

Botanique de confinement, (en bas de chez moi) afin de ne pas épuiser ma source des fleurs, j'en présente une par jour.
Valerianelle potagère, Valerianella locusta.

Plantes des vieux murs (1).
La valerianelle potagère est la plus banale, dont les fleurs bleu clair en têtes denses et convexes sur des pédoncules grêles s'épanouissent de mars à juin.
Marcel Saule la présente comme de la mâche sauvage, planche 120.
Valerianella locusta.
D'après Alphonce de Candolle, historien des plantes cultivées de la fin du siècle dernier, cette humble parente de la grande valériane serait originaire de la Sardaigne et de la Sicile, d'où la culture l'aurait répandue dans une grande partie de l'Europe.
C'est en tout cas, de nos jours, outre son statut de potagère, une plante très commune, au printemps, dans les champs, les jardins et jusque sur les vieux murs. 
Le poète Ronsard est le premier à faire mention, au XVIe siècle, de cette petite sauvageonne que la sélection horticole tranformera en l'exquise salade un peu mucilagineuse qu'on regrette de ne pas voir toute l'année aux étals. 
La mâche est le salade la mieux acceptée par les estomacs délicats. Sa richesse en vitamine A en fait un agent très intéressant d'équilibre de la croissance, de lutte contre les infections des plaies. 
La mâche compte un bon nombre de proches parents sauvages dans la flore européenne, telles la Valerianella carinata, la Valerianella discordea. 

Ref: page 322, Secrets et vertus des plantes médicinales, 1977, Sélection du Reader's Digets.



----------------------

dimanche 29 mars 2020

(9e) J'identifie les plantes sur la pelouse d'ou j'habite. (Les fleurs sur lesquelles nous marchons.)

 Récapitulatif des fleurs observéesErodium moschatum, Capsella bursa-pastoris, Veronica persica, Viola riviniana, Vicia hirsuta, Lamium purpureum, Duchesnea indica, Ranunculus acris, Cerastium glomaratum, 

Botanique de confinement (en bas de chez moi) afin de ne pas épuiser ma source des fleurs, plantes et graminées, j'en présente une par jour.
Céraistre agloméré, Cerastium glomeratum.

Céraistre agloméré.
A propos du Céraistre, la principale caractéristique du genre est d'avoir une capsule allongée, souvent recourbée à la manière des cornes de vache. Les botanistes lui ont, en conséquence, donné le nom de Cérastuim, du grec Keras "corne". Le mot "Kératine" qui désigne la substance constituant la majeure partie des ongles, des cheveux, des cornes et des sabots, a la même origine. La capsule des Céraistes libère ses graines par temps sec en s'ouvrant à son sommet par des dents.

Ref: page 148, Guide des plantes sauvages, 1987, Sélection du Reader's Digest.

 Cerasium glomeratum 

Cerastium glomeratum, (Céraistre aggloméré). Poussant dans l'herbe courte ou sur le sol nu, les pieds à tiges couvertes de poils souples poisseuses, du Céraistre s'étendent sur de vastes surfaces. Elles croît dans tout l'hémisphère Nord, tempéré et subarctique.
-------------------

samedi 28 mars 2020

(8e) J'identifie les plantes sur la pelouse d'ou j'habite. (Les fleurs sur lesquelles nous marchons.)

 En cette période de confinement, ce Samedi 28 mars, la seule possibilité de continuer la botanique est de prospecter sa pelouse, Etant donné que Mr le premier ministre vient de rallonger cette période de 15 jours, alors j'espère avoir assez de fleur à vous présenter, c'est à dire une par jour. 
---------------------

 Récapitulatif des fleurs observéesErodium moschatum, Capsella bursa-pastoris, Veronica persica, Viola riviniana, Vicia hirsuta, Lamium purpureum, Duchesnea indica, Ranunculus acris, 


Botanique de confinement (en bas de chez moi) afin de ne pas épuiser ma source des fleurs, plantes et graminées, j'en présente une par jour.
Renoncule acre, Ranunculus acris.

Elle monte jusqu'à 2000 mètres.
Ranunculus acris.
 Les feuilles très découpées ont souvent cette couleur pourpre au centre. 

Communément appelé le bouton d'or, Ranunculus acris, est une vivace, de 30 à 80 cm, un peu duveteuse, au goût âcre et amer. Les feuilles à large gaine découpées en plusieurs lobes, dont le terminal est sessile. 
Les fleurs d'un jaune doré et brillant, de 1.5 à 2.5 cm, à sépale étalés, non rabattus vers le sol, poilus, pédoncule long et cylindrique, non strié. 
Floraison de mai à août, il existe de nombreuses variétés, elle est toxique. 

Ref: page 298, encyclopédie visuelle des plantes sauvages, 2007, Jean-Marie Polese, édition Artémis. 

vendredi 27 mars 2020

(7e) J'identifie les plantes sur la pelouse d'ou j'habite. (Les fleurs sur lesquelles nous marchons.)

 Récapitulatif des fleurs observéesErodium moschatum, Capsella bursa-pastoris, Veronica persica, Viola riviniana, Vicia hirsuta, Lamium purpureum, Duchesnea indica, 

Botanique de confinement, le 10e jour (en bas de chez moi) afin de ne pas épuiser ma source des fleurs, plantes et graminées, j'en présente une par jour.
Duchesnée des Indes, Duchesnea indica.

Je vous présente cette fleur de "ma" pelouse, le long d'une allée contiguë à l'école Nandina Parc. C'est une potentille plus connu sous le nom de faux-fraisier. (Potentilla sterilis ou indica), mais aussi (Duchesnea indica,), dans la "Nouvelle flore illustrée des Pyrénées", de Marcel Saule, cette référence latine est difficile a trouver dans les guide des fleurs sauvages.  


 mais aussi: Potentilla sterilis.


Cette potentille a des fleurs blanches.

Dans ce livre, la Potentilla indica est très bien représenté page 308.


Page 92, pour la présentation de Potentilla sterilis 

jeudi 26 mars 2020

(6e) J'identifie les plantes sur la pelouse d'ou j'habite. (Les fleurs sur lesquelles nous marchons.)

Récapitulatif des fleurs observéesErodium moschatum, Capsella bursa-pastoris, Veronica persica, Viola riviniana, Vicia hirsuta, Lamium purpureum, 

Botanique de confinement (en bas de chez moi) afin de ne pas épuiser ma source des fleurs, plantes et graminées, j'en présente une par jour.
Lamier pourpre, Lamium purpureum.


La publication de Damien Muglia, m'a incité à vous présenter le lamier pourpre, et pour cela, j'ai choisi les livres, "Sauvages de ma rue 2012" et "ça pousse près de chez vous 2018"
Le lamier pourpre peut-être utilisé en phytothérapie, car ses fleurs, en infusion, améliorent le fonctionnement du tube digestif. On lui connaît même des propriétés désinfectantes pour les petites plaies et les blessures cutanées, Toutefois,il est très peu utilisé du fait de son odeur incommodante et de sa légèreté. Le nectar abondant produit par cette plante est très apprécié des abeilles.

Les feuilles de ce lamier s'empourpre du bas vers haut. dans la rue, on le trouve dans des lieux engazonnés, au pied des murs et des arbres et sous les plantations, là où la terre est enrichie par des déchets azotées.
Ref page 354 (Sauvage de ma rue)

Photos Damien Muglia.

 Lamium purpureum.

-------------------

J'ai les boules, ce matin 9 h, le service des espaces verts de la ville de Pau, a tout ratiboisé, avec ce type d'engin, heureusement que j'avais fais un maximum de photos. A demain, Un type de fleur par jour, sinon ça être long en ces temps de confinement. 


 Au lieu de tondre les bords et laisser le centre à la boi-diversité. mais nom !!!
 La sativa est sauvée, merci les plots.

J'espère que cette allée sera épargné.

mercredi 25 mars 2020

(5e jour) J'identifie les plantes sur la pelouse d'ou j'habite. (Les fleurs sur lesquelles nous marchons.)

Récapitulatif des fleurs observéesErodium moschatum, Capsella bursa-pastoris, Veronica persica, Viola riviniana, Vicia hirsuta

Botanique de confinement (en bas de chez moi) afin de ne pas épuiser ma source des fleurs, plantes et graminées, j'en présente une par jour.
Vesce hérissé, Vicia hirsuta

Vicia hirsuta.
La Vesce hérissée Vicia hirsuta est une plante grimpante, portant des feuilles alternes dotées d'une vrille terminale ramifiée et de nombreuses folioles (10 à 20 environ). Ces dernières sont étroites et se terminent en générale par trois pointes, plus rarement une seule.
Les fleurs blanches, parfois bleuâtres, petites (3 à 4 mm) réunies par 3 à 5.
Risque de confusion: les petites fleurs blanches de la vesce hérissée, aussi nommée Vesce hirsute, ainsi que ses feuilles dotées de nombreuses folioles (plus de 10) et d'une vrille terminale la distinguent de la plupart des espèces proches. On peut à la rigueur confondre cette espèce avec la Vesce à quatre graines (V. tetraperma), mais cette dernière possède des fleurs lilas striées de violet et des fruits dépourvus de poils.
Très largement représentée dans toute la France, bien qu'un peu moins fréquente en zone méditerranéenne, habite les cultures, friches et terrains vagues, de préférence sur sol non calcaire, mais pas exclusivement. 


Ref: page 158 du guide ci-dessus

mardi 24 mars 2020

(4e) J'identifie les plantes sur la pelouse d'ou j'habite. (Les fleurs sur lesquelles nous marchons.)

Récapitulatif des fleurs observéesErodium moschatum, Capsella bursa-pastoris, Veronica persica, Viola riviniana,

Botanique de confinement 7e, (en bas de chez moi) afin de ne pas épuiser ma source des fleurs, plantes et graminées, j'en présente une par jour.
Violette de rivin, Viola riviniana.

La violette de rivin, Viola riviniana, est en réalité une sous-espèce non odorante, très fréquente, de la violette des bois Viola sylvestris, assez rare. 

Distribution: indigène, elle est présente dans toute l'Europe du Nord.
Espèces voisines: la violette odorante, plus recherché pour son parfum délicat, plus familière, a des fleurs d'un splendide violet foncé. et toutes ses feuilles sont situées à la base de la tige.
- La violette des chiens, V. canina, aux pétales bleu clair, a des feuilles non radicale moins arrondies et des stipules à courtes dents aiguës. 
- La violette des marais, V. palustris, qui croît dans les milieux humides, présente des feuilles réniformes*, naissant du rhizome, des tiges rampantes er des fleurs violet pâle, veinées de mauve.

(*feuilles réniformes, celles qui sont arrondies au sommet, et échancrées en rond autour de l’insertion du pétiole.)

Ref: page 118 de ce livre.  


Je présente l'identification de la violette de Rivin, avec des détails et des informations, elle pousse surtout dans des milieux secs, alors que celle des bois aime les milieux humides.
L'éperon est gros et plus clair que la fleur. le sépale (masculin) est pointu.
Dans ce livre, page 118, un autre détail est donné, celui des stipules, ce sont les feuilles le long de la tige juste en dessous de la fleur, sur chaque espèce de violette elles sont différentes.
Je suis certain que rien qu'avec l'éperon, l'identification suffit.