mardi 14 avril 2020

(25e jour) J'identifie les plantes sur la pelouse d'ou j'habite. (Les fleurs sur lesquelles nous marchons.)

  Récapitulatif des fleurs observées: Erodium moschatum, Capsella bursa-pastoris, Veronica persica, Viola riviniana, Vicia hirsuta, Lamium purpureum, Duchesnea indica, Ranunculus acris, Cerastium glomaratum, Valerianella locusta, (10) Cymbalaria muralis, Asplenium adiantum-nigrum, Asplenium trichomanes, Geum unbanum, Carex pendula, Oxalis incarnata, Lapsana communis, Carex remota, Geranium robertianum, Ajuga reptans, (20) Primula vulgaris, Lysimachia arvensis, Solanum pseudocapsicum, Fragaria vesca, Trifolium pratense, 

Botanique de confinement (en bas de chez moi) afin de ne pas épuiser ma source des fleurs, j'en présente une par jour.
Trèfle des près, trifolium pratense.

 Trifolium pratense.

Ref: page 7.
Encore appelé trèfle violet, trèfle rouge, trèfle commun, c'est l'une des légumineuses fourragères les plus répandues dans nos prairies à l'état naturel ou en culture, et l'une des meilleures.
Le genre trifolium est représenté en France par de très nombreuses espèces spontanées, adaptées aux conditions écologiques les plus diverses, du bord de mer au sommet des montagnes, des plaines de la méditerranée à l'atlantique. En dehors du trèfle des près, on cultive en grand plusieurs espèces améliorées par sélection et de haute valeur alimentaire, comme le trèfle blanc, le trèfle hybride, le trèfle incarnat, ou localement des espèces adaptées aux prairies sèches de la région méditerranée, ou aux prairies littorales ou montagnardes. 


Tous ces trèfles sont caractérisés par les feuilles composées des trois folioles et accompagnées de deux expansions (stipules) latérales soudées au pétioles, par des fleurs à corolles persistant après le floraison et groupées en tête globuleuses ou allongées, enfin par de petites gousses droites à 1-4 graines, renfermées dans un calice ou le dépassant à peine et plus ou moins recouvertes par la corolle desséchée. 
Ref: Page 7


Ref: page 7.
Le trèfle des près préfère les climats océaniques, où il prospère bien dans les prairies fraîches et fertiles, mais s'il est relativement exigeant en eau, il tolère plus facilement une certaine acidité du sol. Sa culture en France remonte seulement à la fin du XVIIIe siècle, alors qu'elle était pratiquée dans les Flandres dès le VIe siècle, d'où son nom de trèfle hollandais ou de trèfle des espagnol.
Ces derniers à partir de leur provinces flamandes le propagèrent en Europe dans le courant du XVIe siècle. Dans la forme sauvages, les tiges dressées peuvent atteindre 30 à 50 cm, elles sont faciles à faucher et repoussent très bien après la pâture. Les feuilles inférieures sont longuement pétiolées (jusqu'à 20 cm, les moyennes plus courtement et les supérieures pratiquement sessiles, avec des folioles ovales-allongées terminées en pointe fine. La couleur des fleurs est très variable (du rouge au rosé, plus rarement blanches). Les inflorescences terminales et entourées à leur base par deux feuilles opposées ont jusqu'à 3 cm de large. La gousse ne renferme qu'une seule graine roussâtre.

Sur la grille de l'école Nandina Parc.

Aucun commentaire: