samedi 2 mai 2020

(43e) J'identifie les plantes sur la pelouse d'ou j'habite. (Les fleurs sur lesquelles nous marchons.)

Récapitulatif des fleurs observées: Erodium moschatum, Capsella bursa-pastoris, Veronica persica, Viola riviniana, Vicia hirsuta, Lamium purpureum, Duchesnea indica, Ranunculus acris, Cerastium glomaratum, Valerianella locusta, (10) Cymbalaria muralis, Asplenium adiantum-nigrum, Asplenium trichomanes, Geum unbanum, Carex pendula, Oxalis incarnata, Lapsana communis, Carex remota, Geranium robertianum, Ajuga reptans, (20) Primula vulgaris, Lysimachia arvensis, Solanum pseudocapsicum, Fragaria vesca, Trifolium pratense, Taraxacum sp, Galium aparine, Hypochaeris radicata, Vicia sativa, Veronica serpyllifolia, (30) Bellis perinnis, Ranunculus ficaria, Euphorbia peplus, Mentha suaveolens, Circium vulgare, Hordeum murinum, Plantago lanceolata, Oenothera rosea, Cardamine pratensis, Sonchus oleraceus, (40) Veronica chamaedrys, Medicago lupulina, Conyza sumatrensis, 

Botanique de confinement, le 46e jour, samedi 2 mai, (en bas de chez moi) afin de ne pas épuiser ma source des fleurs, plantes et graminées, j'en présente une par jour.
Conyze de Sumatra, Erigeron ou Conyza sumatrensis. 


Erigeron ou Conyza sumatrensis.
Encore considérée comme très rare en France à la fin du XIXe siècle où on ne la signalait que dans les Albères (Pyrénées-Orientales) entre Banyuls et Palu-del-Vidre, la Vergerette de Sumatra a depuis considérablement étendu son territoire. Elle a atteint la Bretagne à la fin des années 1960.
Ref: page 184, Guide des plantes invasives, 2012, édition Belin.


Seul ce guide à la page 141, présente une identification parfaite de cet érigéron/conyza, à partir de photos.  





Aucun commentaire: