vendredi 5 juin 2020

(77e) J'identifie les plantes sur la pelouse d'ou j'habite. (Les fleurs sur lesquelles nous marchons).

Récapitulatif des fleurs observées: Erodium moschatum, Capsella bursa-pastoris, Veronica persica, Viola riviniana, Vicia hirsuta, Lamium purpureum, Duchesnea indica, Ranunculus acris, Cerastium glomaratum, Valerianella locusta, (10) Cymbalaria muralis, Asplenium adiantum-nigrum, Asplenium trichomanes, Geum unbanum, Carex pendula, Oxalis incarnata, Lapsana communis, Carex remota, Geranium robertianum, Ajuga reptans, (20) Primula vulgaris, Lysimachia arvensis, Solanum pseudocapsicum, Fragaria vesca, Trifolium pratense, Taraxacum sp, Galium aparine, Hypochaeris radicata, Vicia sativa, Veronica serpyllifolia, (30) Bellis perinnis, Ranunculus ficaria, Euphorbia peplus, Mentha suaveolens, Circium vulgare, Hordeum murinum, Plantago lanceolata, Oenothera rosea, Cardamine pratensis, Sonchus oleraceus, (40) Veronica chamaedrys, Medicago lupulina, Conyza sumatrensis, Cyperus eragrostis, Rumex obtusifolius, Rumex acetosa, Malva sylvestris, Stellaria graminea, Amaranthus deflexus, Polygonum aviculare, (50) Oxalis corniculata, Dactylis glomerata, Lonicera japonica, Ceratochloa cathartica, Pyracantha coccinea, Gamochaeta coarctata, Carex leersii, Paspalum dilatatum, Lolium perenne, Poa pratensis, (60) Trifolium repens, Prunella vulgaris, Galium palustre, Rumex pulcher, Bryonia dioica, Danthonia decumbens, Polycarpon tetraphyllum, Veronica arvensis, Rubus fruticosus, Festuca gigantea, (70) Hedera helix, Centranthus ruber, Agrostis capillaris, Hypericum perforatum, Alopecurus myosuroides, Lactuca serriola, Allium oleraceum

Botanique de dé-confinement, (en bas de chez moi) afin de ne pas épuiser ma source des fleurs, plantes et graminées, je n'en présente qu'une par jour
Ail potager, Allium oleraceum.


 Allium oleraceum.
 Je suis ces deux pieds d'ail que je pense être oleraceum, ou peut-être: paniculatum, car ces deux espèces sont très similaire à ce stade. 
Ref: planche 310, "La Nouvelle Flore illustrée des Pyrénées" 2018, Marcel Saule, Le pin à crochets. 
A partir d'un bulbe ovoïde s'élève une tige cylindrique de taille médiocre (60 cm au plus) munie dans sa moitié inférieure de quelques feuilles engainantes à limbe semi-cylindrique et fistuleux étroit (jusqu'à 4 mm de large). La spathe étirée en longue pointe se divise en deux valves inégales et libère une ombelle assez lâche associant bulbille et fleurs sur des pédicelles inégaux, épanouies en juillet-août ; les divisions du périanthe oblongue à elliptique, rose, brun verdâtre ou blanchâtre dépassent les étamines et le pistil qui donne un fruit ovoïde, élargi dans le haut.
Pelouses des escarpements marneux ou pierreux, gradins et replats des reliefs calcaires, terrains remaniés, lisières et clairières des bois, accotements des voies de communication, depuis l'étage inférieur jusqu'à l'étage subalpin sur l'ensemble de la chaîne et de son piémont. 




Aucun commentaire: