jeudi 9 avril 2020

(20e jour) J'identifie les plantes sur la pelouse d'ou j'habite. (Les fleurs sur lesquelles nous marchons.)

 Récapitulatif des fleurs observées: Erodium moschatum, Capsella bursa-pastoris, Veronica persica, Viola riviniana, Vicia hirsuta, Lamium purpureum, Duchesnea indica, Ranunculus acris, Cerastium glomaratum, Valerianella locusta, (10) Cymbalaria muralis, Asplenium adiantum-nigrum, Asplenium trichomanes, Geum unbanum, Carex pendula, Oxalis incarnata, Lapsana communis, Carex remota, Geranium robertianum, Ajuga reptans, (20) 

Botanique de confinement (en bas de chez moi) afin de ne pas épuiser ma source des fleurs, j'en présente une par jour.
Bugle rampante, Ajuga reptans. 


Pour certains auteurs, Ajuga, de a privatif et de Jugum, "joug", serait une allusion à la lèvre supérieure de la corolle quasi inexistante. Pour d'autres ce serait une déformation de abiga, abigere, "expulser", les anciens, notamment Pline, prétendant que la plante avait des propriétés abortives. Quant à "bugle", de bugula, l'origine n'a pas été expliquée.
En France, le genre Ajuga, qui est rattaché à la famille des labiacées, n'est représenté que par quatre espèces.
Ses autres noms communs sont: herbe de Saint Laurent, petite consoude, herbe à la coupasse. 
Autrefois on portait à la bugle une très grande estime pour le soin des plaies, si on en croit ce vieux dicton "Qui a la Bugle et la Sanicle fait au chirurgien la nique". Aujourd'hui, elle est encore utilisée en homéopathie, notamment pour soigner les ulcérations de la cavité buccale. Plante comestible, ses jeunes feuilles peuvent être consommées en salade. 
Ref: page 63.

Ref: page 63
Plante vivace à longs stolons, haute d'une quinzaine de centimètres, la bugle rampante pousse en petites colonies sur les terrains plutôt frais. La tige, à section carrée, dressée et non rameuse, est velue sur deux faces. Les feuilles ovales, opposées et peu dentées, souvent teintées de pourpre, présentent des nervures ramifiées; seules celles de la base sont pétiolées. Les fleurs bleues, mesurant à peine deux centimètres, sont regroupées en long épi dense et feuillé. La corolle en long tube s'ouvre sur deux lèvres inégales, la supérieure étant extrêmement réduite. La lèvre inférieure possède trois lobes; le médian est le plus important, il est échancré, un peu en forme de cœur, orné de veines plus foncées formant un réseau assez lâche. très velu, le calice se termine par cinq dents acuminées. La floraison est printanière. 

Aucun commentaire: